Au plaisir des jouets
L'homme qui penche
Au vif du monde
Pour Elvin Jones
L'empreinte de Thomas Bernhard
Magicosmologie
Le pays des fantômes
La répétition des erreurs
Un magicien
Une fois un jour
La ferme du garet
Le journal d'un manoeuvre
Finalement quoi
Le lumbago chez Baudelaire
Vie de famille
Flaschko (101 mélodrames assis)
Le retour du martinet
Kratochvil
Moulin à parole
C'est la vie
La malédiction de la famille Guergand

 



Une fois, un jour



______________________________________________________________________

Production et distribution

Création le 22 janvier 2002 : Espace Jean Legendre (Compiègne)
D’après le livre UNE FOIS UN JOUR (Non ora, non qui) de Erri de Luca

Mise en scène : Marc Feld
Adaptation et scénographie : Marc Feld et Jean-Jacques Nguyen
Réalisation film : Jean-Jacques Nguyen et Marc Feld
Musique originale : Gérard Barreaux
Conception lyrique, recherche musicale : Sylvia Marini
Création lumière : Denis Monmarché
Conception son : Etienne Bultinger
Régie image : Virginie Watrinet

Avec :
Fabio Alessandrini : comédien
Gérard Barreaux : accordéon
Sylvia Marini ou Florence Villevière : chant, voix

Production : Espace Jean Legendre, Théâtre de Compiègne

Coproduction : Teatro di Fabio - ACSV-Théâtre du Maraudeur - Espace Malraux, Scène Nationale de Chambéry - Scène Nationale de Martigues - Festival Théâtral de Coye-La-Forêt - Festival Sons d’Hiver - Le Théâtre- Scène Nationale de Narbonne - Scène Nationale de Vandœuvre-Les-Nancy.

Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la communication - DRAC-PICARDIE, du Conseil Régional de Picardie, du Conseil Général de l’Oise et de la ville de Compiègne.

______________________________________________________________________

Présentation


Le livre de Erri De Luca “Une fois, un jour”, décrit l’enfance napolitaine d’un narrateur âgé d’une dizaine d’années. Il relate également les vicissitudes d’une famille issue de la bourgeoisie déchue de l’après guerre qui lutte âprement pour retrouver son confort matériel et sa dignité.
Entre l’impossibilité du souvenir et les territoires de l’enfance, l’écriture abrupte et fière de Erri de Luca trace loin de toute nostalgie les récits d’une initiation. Initiation où la ville de Naples (son histoire, sa culture, ses traditions, ses personnages), agit comme une lueur dans la nuit de la mémoire et en fait le personnage principal du livre.

Nous voulons continuer d’explorer dans cette création les rapports que des écritures différentes peuvent entretenir avec la parole, la mémoire, l’identité et le spectacle vivant. Nous voulons tisser autour du livre une écriture scénique qui mêle hors de tous collages, images filmées, images d’archives, chants lyriques et populaires (Bellini, Donizetti, Rossini, airs napolitains), musique de scène originale et théâtre.
Marc Feld

Écrivain unique dans le paysage littéraire italien, Erri De Luca a commencé relativement tard à publier mais il n’a cessé d’écrire depuis l’âge de vingt ans. Maçon par choix et par orgueil (« Un orgueil, dit-il en souriant, qui s’est évaporé avec ma sueur »), il a refusé le statut plus facile d’intellectuel contestataire auquel auraient pu le conduire ses amitiés soixante-huitardes. Aux chapelles complaisantes, il a préféré les chantiers de la banlieue parisienne, de la Tanzanie, puis des faubourgs de Rome où il vit.
René de Ceccatty, Le Monde, 22 mai 1992



______________________________________________________________________