Au plaisir des jouets
L'homme qui penche
Au vif du monde
Pour Elvin Jones
L'empreinte de Thomas Bernhard
Magicosmologie
Le pays des fantômes
La répétition des erreurs
Un magicien
Une fois un jour
La ferme du garet
Le journal d'un manoeuvre
Finalement quoi
Le lumbago chez Baudelaire
Vie de famille
Flaschko (101 mélodrames assis)
Le retour du martinet
Kratochvil
Moulin à parole
C'est la vie
La malédiction de la famille Guergand

 


Au plaisir des jouets


Catalogue de Carl Heinrich Oehme 1850


______________________________________________________________________

Production et distribution

Création au Théâtre National de Chaillot décembre 2010
D’après le livre AU PLAISIR DES JOUETS de Claude Duneton (ed : Hoëbeke 2005)

Conception et mise en scène : Marc Feld
Décor: Jean Marc Stéhlé Arielle Chanty
Adaptation-texte : Marc Feld Claude Duneton
écriture images : Jean-Jacques Nguyen Marc Feld
Musique originale : Jean-Christophe Feldhandler
Création lumière : Denis Monmarché
Accessoires et costumes : Arielle Chanty
Accessoiriste-automatier : Olivier de Logivière

Assistante enfants Nathalie Topalov
Avec la participation du service accessoires du Théâtre National de Chaillot

Avec
Jean Lescot : Comédien
Jean-Christophe Feldhandler : musicien
Et deux enfants en alternance :
Alice Amoroso, Tristan Calas, Claudie Cuveillier, Marin Orcand-Tourres, Noémie Henry

Production : ACSV-Théâtre du Maraudeur
Coproduction : Espace jean Legendre-Théâtre de Compiègne
Théâtre National de Chaillot

Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la communication - DRAC-PICARDIE, du Conseil Régional de Picardie, du Conseil Général de l’Oise et de la ville de Compiègne.

______________________________________________________________________

Présentation

" J’ai eu un train ! Pas électrique, certes, mais la locomotive était dotée d’une clef à ailettes, et tirait quelques wagons sur des rails montés en cercle sur le plancher. Comme c’est étrange ! Et comme ces objets se sont parfaitement effacés de mon souvenir rural jusqu’à ce que je les rappelle à moi par force, à l’examen des catalogues anciens ! Au fond, je suis un peu le fils de mes jouets. " (Claude Duneton)

Grand spécialiste de la langue française et grand érudit, traducteur, auteur de nombreux ouvrages, chroniqueur littéraire depuis de longues années, Claude Duneton a écrit un livre magnifique et merveilleux sur les jouets : AU PLAISIR DES JOUETS.
Dans ce livre, Claude Duneton nous raconte la fabrication des jouets, du 19e siècle à aujourd’hui ; leurs histoires ; les rapports à la fois inquiétants et troublants qu’ils entretiennent avec le passé, le présent, les sciences, l’imaginaire, la politique, la mode et l’éphémère...

Boite à jouer

C’est un spectacle sans rapport frontal, où les spectateurs sont assis autour de tables, avec des jouets à portée de main; par moment un train, entre l’objet de foire et le jouet, tourne au-dessus de leurs têtes. Des écrans transmettent des images: catalogues de jouets, archives, lieux d’enfance de l’auteur, Claude Duneton, comme autant de “présences-absences” qui accompagnent son texte, porté par l’acteur Jean Lescot. Deux enfants et un musicien avec « piano préparé », instruments, jouets et percussions entrent dans la danse; un dialogue s’invente. Sur les chaises, personne ne voit et ne ressent tout à fait la même chose : le champ de vision change d’une place à l’autre, les événements et les émotions interviennent avec une part d’aléatoire. Et cela sent le chocolat ! De plus en plus fort, minute après minute : le cacao est aussi l’un des acteurs du spectacle. Dans La Ferme du Garet, Marc Feld avait déjà composé, avec Jean-Marc Stehlé, un dispositif et un climat où tout était commun et différent pour chaque spectateur venu partager les souvenirs d’enfance de Raymond Depardon. Dans Au plaisir des jouets, le dispositif utilise le même principe et le même schéma – tables, chaises, écrans – mais se met au service d’un autre univers, celui des jouets. Partant du livre album de Duneton, il a créé une boîte à jouer et à déjouer.
Gilles Costaz

« Tout le monde a eu des jouets dans son enfance. Quelles que soient la qualité ou l’abondance des jouets, chacun d’entre nous s’en souvient avec un peu de nostalgie, de sorte que la vue de jouets anciens ne laisse personne indifférent, au contraire. Les catalogues de jouets ont attisé les rêves de générations d’enfants depuis leur apparition, au milieu du XIX e siècle. À toutes les époques, ils sont merveilleusement beaux. Souvent peints à la main à leur début, les catalogues présentaient des jouets précieux, destinés à une clientèle aisée ; le développement des grands magasins, Le Printemps, Le Louvre, et autres, les popularisa. Les diffuseurs commerciaux firent dès lors appel à des artistes de renom, tels Cassandre, Hergé ou Edgard P. Jacobs, pour dessiner les couvertures, faisant d’eux les reflets du style décoratif de leur temps.
Les souvenirs surgissent en regardant ces catalogues : Le Mécano "facile et instructif", les poupées Peynet, plus tard Barbie "Top modèle", le circuit 24 ou les panoplies de Thierry la Fronde et sa compagne Isabelle… 
Ils racontent à leur manière des pans entiers de notre histoire en miniature ; optimistes lorsqu’il s’agit de la conquête des pôles ou l’arrivée du cinéma américain, tragiques durant la guerre de 14-18, où les fabricants proposent des tranchées réduites à l’échelle des soldats de plomb. » (Claude Duneton)

______________________________________________________________________